Léon Tolstoï

La Guerre et la Paix

Russie   1869

Genre de texte
Roman

Contexte
Ce récit se trouve au Livre II, 2e partie, chapitre 13.

Comme Pierre Bezoukhov conteste les affirmations d’une dévote qui prétend avoir vu une icône miraculeuse, celle-ci évoque le rêve qu’aurait fait un général.

Notes
Pierre est en visite chez son ami, le prince André Bolkonski, dont la sœur Maria fréquente des dévotes et autres « hommes de Dieu ».

Texte témoin
Traduction française d'Elisabeth Guertik, Lausanne, Éditions Rencontre, 1971, vol. 2, p. 155.




Rêve dévot

Un argument irréfutable

- C’est ainsi qu’on trompe le peuple, répéta Pierre.

- Seigneur Jésus, dit la dévote en se signant. Oh! ne parle pas ainsi, mon fils ! C’est comme ça, qu’il y avait un général qui n’y croyait pas, il a dit : « C’est une tromperie des moines », et dès qu’il a parlé, il est devenu aveugle. Et il a rêvé que la sainte Vierge des Cryptes vient à lui et lui dit: « Crois en moi et je te guérirai. » Alors il s’est mis à supplier: menez-moi à elle, menez-moi à elle. C’est la vérité vraie ce que je te dis, je l’ai vu moi-même. On l’a conduit, aveugle, droit à elle, il s’est approché, est tombé à genoux et a dit: « Guéris-moi! Je te donnerai tout ce que le tsar m’a octroyé. » Je l’ai vu de mes yeux, mon fils, son étoile y est restée accrochée. Eh bien! il a retrouvé la vue. C’est un péché de parler comme ça. Dieu te punira, dit-elle à Pierre d’un ton sentencieux.

Page d'accueil

- +