Lewis Carroll

De l’autre côté du miroir

France   1865

Genre de texte
roman

Contexte
Le premier passage se situe au chapitre 4. Lors d’une discussion avec Blanc Bonnet et Bonnet Blanc sur le poème du Morse et du Charpentier, Alice prend peur en entendant un grand bruit. C’est le ronflement du Roi Rouge qui est en train de dormir et de rêver.

Le second passage se situe vers la fin du roman, au début du 8e chapitre. Dans le chapitre qui précède, Alice offre du gâteau à un lion et une licorne qu’elle a rencontrés dans une forêt. Dans ce passage, bien qu’Alice soit toujours en train de rêver, elle commence à se rendre compte que toutes ses aventures pourraient faire partie du même rêve. Par la suite, un Chevalier Rouge essaie de prendre Alice captive. Elle n’aura jamais l’occasion de réveiller le Roi Rouge.

Notes
Il faut noter que l’œuvre en entier est un récit de rêve. En même temps, à l’intérieur du grand rêve d’Alice, d’autres personnages peuvent aussi rêver. Il est donc difficile de discerner ce qui fait partie du rêve premier et du rêve second.

Commentaires
En tant que mathématicien et logicien, Lewis Carroll ne pouvait pas passer à côté du paradoxe du rêveur. Si Alice rêve du roi qui lui-même rêve d'Alice qui elle-même rêve du roi, nous avons un cas de régression à l'infini, comme le font des miroirs placés l'un en face de l'autre.

Texte original

Texte témoin
Alice au pays des merveilles et ce qu’Alice trouva de l’autre côté du miroir, trad. Jacques Papy, Paris : Régine Deforges, 1977, p. 307— 310 et 384— 385.

Édition originale
The Complete Works of Lewis Carroll, New York: Random House, 1936, p. 189— 190 & 233.




Rêve et réalité

Le paradoxe du rêveur

— Il est en train de rêver, déclara Blanc Bonnet ; et de quoi crois-tu qu’il rêve ?
— Personne ne peut deviner cela, répondit Alice.
— Mais, voyons, il rêve de toi ! s’exclama Blanc Bonnet, en battant des mains d’un air de triomphe. Et s’il cessait de rêver de toi, où crois-tu que tu serais?
— Où je suis à présent, bien sûr, dit Alice.
— Pas du tout ! répliqua Blanc Bonnet d’un ton méprisant. Tu n’es qu’un des éléments de son rêve !
— Si ce Roi qu’est là venait à se réveiller, ajouta Bonnet Blanc, tu disparaîtrais — pfutt! – comme une bougie qui s’éteint !
— C’est faux ! protesta Alice d’un ton indigné. D’ailleurs, si, moi, je suis un des éléments de son rêve, je voudrais bien savoir ce que vous êtes, vous ?
— Idem, répondit Bonnet Blanc.
— Idem, idem! cria Blanc Bonnet.
Il cria si fort qu’Alice ne put s’empêcher de dire :
— Chut ! Vous allez le réveiller si vous faites tant de bruit.
— Voyons, pourquoi parles-tu de le réveiller, demanda Blanc Bonnet, puisque tu n’es qu’un des éléments de son rêve ? Tu sais très bien que tu n’es pas réelle.
— Mais si, je suis réelle ! affirma Alice, en se mettant à pleurer.
— Tu ne te rendras pas plus réelle en pleurant, fit observer Blanc Bonnet. D’ailleurs, il n’y a pas de quoi parler.
— Si je n’étais pas réelle, dit Alice (en riant à travers ses larmes, tellement tout cela lui semblait ridicule), je serais incapable de pleurer.
— J’espère que tu ne crois pas que ce sont de vraies larmes ? demanda Bonnet Blanc avec le plus grand mépris.
« Je sais qu’ils disent des bêtises », pensa Alice, « et je suis stupide de pleurer ».
Là dessus, elle essuya ses larmes, et continua aussi gaîment que possible :
— En tout cas, je ferais mieux de sortir du bois, car, vraiment, il commence à faire très sombre. Croyez-vous qu’il va pleuvoir ?

Le Roi rouge en train de ronfler. Illustr. de Tenniel pour l'édition originale.

[...]

Au bout d’un moment, le bruit sembla décroître peu à peu. Bientôt, un silence de mort régna, et Alice releva la tête, non sans inquiétude. Ne voyant personne autour d’elle, elle crut d’abord que le Lion, la Licorne et les bizarres Messagers anglo-saxons, n’étaient qu’un rêve. Mais à ses pieds se trouvait le grand plat sur lequel elle avait essayé de couper le gâteau. « Donc, ce n’est pas un rêve », pensa-t-elle, « à moins que… à moins que nous ne fassions tous partie d’un même rêve. Seulement, dans ce cas, j’espère que c’est mon rêve à moi, et non pas celui du Roi Rouge ! Je n’aimerais pas du tout appartenir au rêve d’une autre personne », continua-t-elle d’un ton plaintif; « j’ai très envie d’aller le réveiller pour voir ce qui se passera !»

La licorne, Alice, le Lion et le gâteau. Illustr. de Tenniel pour l'édition originale.

Page d'accueil

- +